photo de l'expo

Image suivante

 Insoutenable légèreté des corps

Atelier 40 - 40 avenue de Flandre 75019 Paris

du 27 mai 2010 au 24 juin 2010


Les corps sont massifs, torturés, décomposés en amas de matière polychromes. Mais, tels des protagonistes d'une danse macabre new age, ils sont transcendés par le mouvement et l'ironie.
Le mouvement, résultante miraculeuse du souffle mystérieux de la création, ne procède pas de l'analyse...il n'est pas décomposable... c'est une respiration.
La technique de videopainting vient renforcer encore ce dialogue entre matière et mouvement, en donnant une dimension troublante à la peinture.
Le "carré noir" récurrent dans cette série  est-il une "table totem" auquel l'artiste s'accroche désespérément,  comme amusé par le clin d'oeil aux rêves d'enfant dans lesquels il s'envolait inlassablement, cherchant en vain à se retenir à chaque pan de la maison?